Joie de Vivre

La Joie de la FM

Current track

Title

Artist


Assez courageux pour écouter

Written by on 23 mars 2020

Il y a un dicton qui dit « c’est trop beau pour être vrai ». Mais que faire si c’est trop mauvais pour être vrai ? Et si quelque chose est si horrible qu’elle vous empêche de penser à autre chose pendant un certain temps ? Cela signifie-t-il que c’est aussi un mensonge ? Les chiffres associés à la violence domestique sont assez stupéfiants et lorsque ma sœur a révélé ce qu’elle a vécu au cours de ses 20 ans de mariage, elle a porté à mon attention la réalité de cette menace.

 

Comportements incorrigibles

L’affirmation de ma sœur selon laquelle ce sont les cicatrices que l’on ne voit pas qui mettent le plus de temps à guérir, a détruit l’image que j’avais de son mariage heureux. Je me souviens m’être senti en colère et impuissant en écoutant son histoire. Ma sœur avait été déshumanisée et terrifiée par quelqu’un à qui je faisais confiance. Elle vivait sa vie dans la peur constante. Cela m’a mis en colère et m’a troublé. Pourquoi n’avait-elle rien dit ? Pourquoi n’avait-elle pas quitté l’homme que je considérais comme un grand frère ? Pourquoi n’avait-elle pas appelé la police ?

 

Il fut un temps où le harcèlement sexuel était simplement accepté comme une « discussion de vestiaire », mais un tel comportement a nourri une culture qui a désensibilisé les hommes à l’humiliation et à la peur que beaucoup de femmes ressentaient. Heureusement, en tant que société, il y a eu un changement de dynamique, et les comportements misogynes et grossiers ne sont plus tolérés sur le lieu de travail ou dans la plupart des espaces publics. Le mouvement mondial #MeToo a permis aux gens de prendre conscience de ce qui se passait, donnant aux victimes la possibilité de disposer d’une plateforme publique pour demander de l’aide.

 

Quand la maison d’un voisin est en feu…

Les signes promettaient un certain progrès en tant que société. Mais lorsque j’ai récemment lu que 85% des femmes australiennes ont déjà été victimes de harcèlement sexuel et que 40% des femmes continuent à subir la violence de leur partenaire même s’ils sont momentanément séparés, je me suis rendu compte que les choses n’ont pas assez changé. Nous devrions nous mettre en tête que chaque semaine, quelque part en Australie, une femme est tuée par son partenaire actuel ou ancien. Tout ne va pas bien dans nos communautés. Si la prise de conscience est si forte aujourd’hui, pourquoi y a-t-il encore tant de victimes ?

 

Beaucoup d’entre nous ne veulent pas intervenir dans les « affaires des autres ». Cela crée un climat où les auteurs de ces actes se sentent extrêmement puissants. La nature secrète du crime signifie que la police ne peut pas agir tant qu’un rapport n’a pas été fait. La menace n’est pas toujours évidente et ne se traduit pas toujours par un acte d’agression, comme dans le cas de ma sœur. Toutes les victimes de violence domestique n’ont pas de cicatrices visibles, mais si elles en ont, penser que cela ne vous concerne pas n’est certainement pas la meilleure façon de gérer les choses.

 

Personne ne resterait là sans rien faire à regarder la maison de son voisin partir en cendres. Pourtant, dans les cas d’abus, beaucoup choisissent de fermer les yeux par crainte de récriminations et, dans la plupart des cas, par simple ignorance de ce qu’il faut faire. Mais si les statistiques ne représentent que la plus petite partie de la réalité, alors le fait de parler pourrait signifier sauver une vie. Et si nous essayons de vivre comme des chrétiens, nous devons nous rappeler que nous sommes le « gardien de notre frère », même si ce frère est le voisin ennuyeux, agressif et désagréable.

 

Dans les situations où nous avons une bonne relation avec la victime ou même avec l’agresseur, intervenir de manière réfléchie et mesurée est la première chose à faire. Ce ne sera pas facile. Ma sœur avait des collègues, des amis et même des membres d’église qui ont été menacés verbalement et physiquement lorsqu’ils ont essayé d’intervenir. Mais il est nécessaire de le faire, car cela aura un effet immédiat sur la situation, en donnant à la victime le temps d’évaluer les circonstances et, espérons-le, de reconnaître la possibilité de recevoir de l’aide.

 

S’il existe des preuves qu’un crime a été commis, il est très important d’en informer la police. Leur implication peut réduire la probabilité de nouveaux incidents, permettre un suivi plus étroit de la situation, assurer la sécurité de la victime et, bien sûr, influencer le résultat de toute enquête criminelle potentielle.

 

Quand elles disent quelque chose, nous devons faire quelque chose

Si vous avez survécu à des épisodes de violence domestique, ou si vous vivez actuellement dans une relation violente, je vous conseille de chercher une aide immédiate et de prévoir de partir. Ensuite, contactez la police locale pour obtenir une ordonnance de restriction. Cela dit, il y a généralement des circonstances qui influencent une telle décision. Vous avez peut-être des enfants, vous pensez peut-être que vous n’avez nulle part où aller, vous craignez peut-être que votre agresseur vous suive et vous inflige d’autres peines et, bien sûr, une telle décision entraîne des charges financières. Toutes ces préoccupations sont valables, mais votre première démarche commence par la décision de demander de l’aide.

 

La violence domestique ne doit pas avoir sa place dans notre société. Lorsque le nombre d’incidents violents est si terriblement élevé et que les victimes ont le sentiment de ne pas avoir de refuge, alors nous échouons misérablement en tant que société. Les plus vulnérables sont les personnes que nous devrions protéger. Il faut du courage pour affronter et contester une vie d’abus, et pour ceux qui ont trop peur de parler pour eux-mêmes, nous devrions au moins avoir le courage de les écouter. Quand elles disent quelque chose, nous devons faire quelque chose, agir.

 

 

De Nigel Byng