Joie de Vivre

La Joie de la FM

Current track

Title

Artist


Comment être bon… et en colère

Written by on 22 mai 2016

« Arghhhhhhh, je vais te tuer ! » s’écria mon fils à pleins poumons. Je savais qu’il allait bientôt venir me raconter ce qui s’était passé (et que sa sœur serait juste derrière). Ce genre de choses arrive souvent dans les familles avec ou sans enfant, mais la colère n’est pas une blague, c’est un sentiment que nous ressentons tous.

Tout d’abord, définissons la colère. La colère est une réponse protectrice moralement neutre, mais chargée d’émotion. En d’autres termes, la colère est notre façon de nous protéger et de protéger ceux qui nous sont chers de certaines situations que nous vivons.

Moralement neutre ? La Bible contient un certain nombre d’avertissements sur la colère, par exemple :

« Que chacun soit prompt à écouter, lent à parler, lent à se mettre en colère ; car la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu » (Jacques 1.19-20).

« Le colérique pousse au conflit, l’homme plein de fureur comme beaucoup de transgressions » (Proverbes 29.22).

« Ne fréquente pas l’homme colérique, ne vas pas avec l’homme violent ! » (Proverbes 22.24).

Ces vers semblent dépeindre un tableau négatif de la colère, mais saviez-vous qu’il existe deux types de colère ? Oui, il y a la colère négative, qui peut être une réaction émotionnellement malsaine et destructrice à une douleur, à une frustration ou à une attaque personnelle ressentie. Puis, il y a la colère positive, qui nous motive à corriger les attitudes, les comportements ou les injustices que nous percevons comme erronés. Jésus s’est aussi mis en colère, mais il n’a pas péché. Il était bon et en colère.

 

Quatre manières différentes

D’après ce que j’ai pu observer au fil des ans, il existe quatre types de personnes en colère.

  • Les vomisseurs
    Ils estiment que la colère est nécessaire. Ils sont agressifs à la fois verbalement et parfois physiquement. Ils n’ont aucun problème à se mettre en colère et à montrer leur colère. En fait, la colère est leur principal moyen d’expression.
  • Les commerçants
    Ils pensent que la colère est une chose mauvaise, alors ils stockent leurs émotions en profondeur. Ces personnes peuvent être très passives dans leur façon d’interagir avec les autres, pensant que les idées, les sentiments et les droits des autres devraient être plus importants que les leurs.
  • Les dénonciateurs
    Ils pensent que montrer leur colère c’est mal, mais ils ne peuvent pas la cacher complètement. Ce sont ces personnes que nous appelons parfois « passif-agressif ». Ils lancent de petits pics verbaux et ont des comportementales qui pincent, en disant des choses comme « Oh, je plaisante » ou « Quoi ? Ce n’est pas ce que je voulais dire ! Ne sois pas si susceptible » ! Et pourtant, nous pouvons être sûrs qu’ils voulaient dire chaque mot.
  • Les planificateurs
    Ils reconnaissent que la colère peut être une émotion normale, voire positive. Ils la reconnaissent pour ce qu’elle est et prennent des mesures pour informer et communiquer le véritable problème de manière aimable, respectueuse et cohérente. Ils essaient de construire des relations respectueuses, saines et heureuses.

Il a été démontré qu’une gestion inefficace de la colère affecte de nombreux aspects de la vie. Sur le plan physique, vous pouvez souffrir de migraines, d’un risque accru d’infarctus, d’hypertension artérielle et même de cancer. Des problèmes d’insécurité, de rupture dans les relations, de spiritualité et une incidence accrue de problèmes de santé mentale peuvent également survenir si la colère n’est pas gérée de manière saine.

C’est la mauvaise nouvelle. Cependant, il y a des choses que nous pouvons faire pour y remédier !

 

Trois façons de se protéger de la colère toxique

Dieu a une méthode en trois étapes pour apprendre à gérer efficacement la colère ; elle se trouve dans Jacques 1.19-20 et dit : « Ainsi donc, mes frères et sœurs bien-aimés, que chacun soit prompt à écouter, lent à parler, lent à se mettre en colère, car la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu ».

  • Soyez prompt à écouter
    Notre réponse aux autres, aux circonstances et à la colère est d’être des « auditeurs réceptifs » et non « réflexes ». La question clé que nous devons nous poser est la suivante : que me dit cette colère ?

 

  • Soyez lent à parler
    Avant de nous mettre en colère, nous devons « réfléchir avant de parler ». La question clé que nous devons nous poser est la suivante : que puis-je faire pour éviter une réaction impulsive ?

 

  • Soyez lent à vous mettre en colère

Notre changement commence lorsque nous remplaçons une réaction de colère par une réflexion. Nous devrions prendre le temps de réfléchir et, si possible, de prier sur les choses qui nous bouleversent. La question clé que nous devons nous poser est la suivante : quelle est l’origine de cette colère ?

 

Quand le caoutchouc rencontre la route

Il est possible d’être bon et en colère. Mais la seule façon d’y parvenir est d’apprendre à gérer notre colère de manière responsable. Tout le monde se retrouve à gérer des problèmes, mais tout le monde ne les affronte pas bien. Je suis sûr que vous avez regardé des émissions de télé-réalité, non ? Le réseau est malheureusement rempli d’exemples de personnes qui ne savent pas comment gérer efficacement les conflits. Voici comment nous pourrions le faire :

  • Trouver le bon moment
    Cela semble idiot, mais vous devrez peut-être prévoir vos conflits. N’essayez jamais de résoudre des problèmes lorsque vous avez faim, vous êtes en colère, vous sentez seuls, fatigués ou vous êtes malades.
  • Créer les bonnes conditions
    Adoptez quelques règles de base simples (par exemple, chacun peut parler sans être interrompu ; pas d’insultes ; pas de reproches ; vous pouvez faire une pause si vous êtes particulièrement contrarié ; etc.) Assurez-vous que les autres comprennent que c’est le conflit, et non la personne, qui est le problème et que vous essayez de résoudre le problème parce que vous voulez avoir une meilleure relation, plus respectueuse, avec cette personne. Insistez sur le fait que vous ne présentez que votre propre point de vue sur le problème. Soyez calme et patient, ayez du respect.
  • Recueillir des informations
    N’oubliez pas qu’écouter n’est pas un accord. Il s’agit d’identifier les intérêts, les besoins et les préoccupations. Demandez le point de vue de l’autre personne et confirmez que vous respectez son opinion et que vous avez besoin de sa coopération pour résoudre le problème. Essayez de comprendre les motivations et les objectifs des autres et la façon dont vos actions peuvent les affecter. Essayez également de comprendre le conflit en termes objectifs : affecte-t-il les relations familiales, perturbe-t-il l’union familiale, etc. Veillez à laisser les « personnalités » en dehors de la discussion. L’écoute peut vous aider à voir le conflit du point de vue de l’autre personne. En d’autres termes, il faut d’abord essayer de comprendre, puis d’être compris.
  • Identifier les problèmes de manière claire et concise
    Ne blâmez pas l’autre personne et n’essayez pas de dire quelles sont ses émotions ou ses motivations. Parlez plutôt de vous, de vos émotions, de vos décisions et de vos actions, comme : « Je me sens frustré parce que… », « Quand c’est arrivé, j’ai décidé de… ». Utilisez des techniques d’écoute active, telles qu’un bon langage corporel (penchez-vous légèrement en avant, établissez un bon contact visuel, baissez la voix et ralentissez la vitesse de la parole).

 

S’accorder sur le problème

Souvent, les besoins, intérêts et objectifs différents peuvent amener les gens à percevoir les problèmes de manière très différente. Vous devrez vous mettre d’accord sur le problème que vous essayez de résoudre avant de trouver une solution acceptable pour les deux parties. Parfois, les gens voient des problèmes différents mais interdépendants ; si vous ne parvenez pas à une perception commune du problème, vous devez au moins comprendre le problème que l’autre personne voit.

 

Rechercher des solutions possibles

Chacun se sentira satisfait du résultat et de la décision finale s’il a pu apporter sa contribution à la recherche de solutions possibles au conflit. Cherchez ensemble des solutions possibles et soyez ouverts à toutes les idées, même celles que vous n’avez jamais envisagées auparavant.

 

Négocier une solution

À ce stade, le conflit peut être résolu. Les deux parties peuvent mieux comprendre la position de l’autre, ce qui conduit à une solution claire et satisfaisante pour toutes les parties concernées.

Au cours de ce processus, vous avez peut-être aussi découvert de réelles différences entre vos positions. C’est là qu’une technique comme la négociation « gagnant-gagnant » peut être utile pour trouver une solution qui, au moins dans une certaine mesure, satisfait tout le monde.

Montrons aux autres membres de notre communauté qu’il existe une meilleure façon de vivre, plus heureuse et plus saine. Essayons de vivre notre vie bien… et en colère.

 

De Omar Miranda, professionnel de la santé, écrivain et parent fier. Il vit avec sa famille en Géorgie, aux États-Unis.

Tagged as